SAYSE, 1er Opérateur SD-WAN français, face aux mastodontes américains

SAYSE, pionnier et leader du SD-WAN en France, se trouve confronté à des géants américains ou indiens qui tentent de s’implanter en Europe ces derniers mois. Nous allons essayer de comprendre comment le « frenchy » tire son épingle du jeu.
Pour commencer, le SD-WAN se déploie énormément aux états unis, mais le marché français est-il mûr pour passer au SD-WAN ?
Yoann GUEZ, co-fondateur SAYSE, en charge du commerce et du marketing : « Il y a encore 3 ans, nous ne pouvions pas parler de SD-WAN en France, car le mot n’était pas encore connu.  A l’époque, chez SAYSE, nous parlions de « boîtiers connectés », notre offre s’appelait d’ailleurs « BOX CONNECT ». Aujourd’hui, c’est différent, le SD-WAN est reconnu comme la 3ème génération de réseau après IPsec et MPLS, dans le monde entier.
En France comme ailleurs, les entreprises doivent être connectées 100% du temps, notamment à cause ou grâce à l’utilisation croissante de solutions Cloud. Les besoins en haut débit et de réduction des coûts accélèrent ces processus d’évolution et c’est là que le SD-WAN devient une solution immédiate ».
Les fournisseurs de technologies viennent de tous horizons, y compris de la part d’acteurs qui ne faisaient pas de SD-WAN et qui ont vu une opportunité stratégique à y aller. Riverbed propose une solution SD-WAN depuis 1 an grâce au rachat de l’allemand Ocedo; les autres acteurs issus de l’optimisation WAN comme Silverpeak ou Ipanema proposent également leur brique SD-WAN; des acteurs historiques du réseau comme Cisco et même plus récemment Huawei proposent également une solution depuis peu ; ou même encore un acteur que l’on attendait pas sur ce sujet comme Citrix.
Quel est le positionnement de SAYSE face à ces nouveaux acteurs du SD-WAN ? Yoann GUEZ répond : « Tous les acteurs cités sont des fournisseurs de technologies. SAYSE se positionne comme un Opérateur SD-WAN, à la manière d’un opérateur de télécommunications. Nos clients, particulièrement en France, viennent chercher chez SAYSE un service global, intégrant également la fourniture et la gestion de leurs liaisons de télécommunications. Tous nos clients, ou presque, utilisent des réseaux MPLS depuis des années. Leur passage au SD-WAN ne peut se faire qu’avec un acteur qui va prendre en charge l’évolution et la migration de leur réseau actuel vers un réseau SD-WAN, mais qui va aussi les accompagner au quotidien dans l’exploitation de ce nouveau réseau. L’engagement de SAYSE est global et la technologie utilisée, paradoxalement, n’est presque qu’un détail dans l’acte d’achat de nos clients, hormis bien sûr le fait de pouvoir répondre fonctionnellement aux expressions de besoins énoncées au départ. Nous pourrions d’ailleurs, à terme, opérer des réseaux SD-WAN utilisant des technologies SD-WAN de plusieurs fournisseurs de technologies, notamment pour les clients internationaux ».
Mais alors qui sont vos concurrents ? Yoann GUEZ : « nos concurrents ou tout au moins les acteurs que nous rencontrons au quotidien sur le sujet « WAN » sont les traditionnels acteurs MPLS et quelques ESN/intégrateurs qui utilisent des fournisseurs de technologies SD-WAN. Concernant SAYSE, nos nouveaux clients disent souvent que notre antériorité de pionnier, en France, et le nombre d’entreprises opérées dans les dernières années ont été des facteurs de choix. Mais, surtout, nous favorisons les échanges avec les DSI de nos clients, en amont du choix, parce que rien ne vaut l’expérience de quelqu’un qui a migré son MPLS vers un réseau SD-WAN dans la « vraie » vie ».
Les fournisseurs de technologies arguent de prouesses fonctionnelles tous les jours, dépassant même les notions de SD-WAN. Comment faire le tri pour un client ?
Yoann GUEZ : « vous savez, chaque acteur a sa vision de ce que le logiciel doit faire au profit du WAN. Et cette vision est souvent orientée par leur expérience pré-SD-WAN. Si un acteur fait du « Wan Optimization » depuis 10 ans et veut se positionner sur le marché du SD-WAN aujourd’hui, il a intérêt à clamer que le SD-WAN n’a aucun sens sans l’optimisation du WAN. Si un autre acteur était issu des « clients légers » et qu’il met en avant sa capacité à interroger la qualité du réseau avant de faire passer le moindre octet sur une liaison, c’est surtout parce que le réseau est un nouveau métier pour lui. Je vais vous donner un exemple récent : nous avons assisté à une démonstration d’un des plus grands acteurs mondiaux du SD-WAN sur un site équipé d’une liaison ADSL et d’une liaison sans fil 4G. Au départ, l’algorithme, censé être intelligent, répartissait la charge de l’ensemble du trafic sur les deux liaisons. Le flux subissait des phénomènes de « freezing ». Le technicien a choisi de laisser l’algorithme choisir la meilleure liaison à chaque moment. Du coup, la liaison 4G était systématiquement choisie parce que le débit montant  était de 0,2 Mb/s plus important que la liaison ADSL, pour une latence sensiblement équivalente. L’usage qui était fait à ce moment (partage d’écran d’un document powerpoint) ne nécessitait pas plus que la capacité de la liaison ADSL. Quand nous avons posé la question de ce choix automatique, nous n’avons pas eu de réponse claire du technicien. Autre détail mais pas des moindres, la liaison 4G était payante au trafic, donc l’argument économique n’était plus non plus respecté. Ensuite, le technicien a connecté une fibre mutualisée à débits asymétriques (200 Mb/s up et 500 Mb/s down max) mais le débit était bridé à 50 Mb/s symétriques. Le fournisseur de techno, américain, nous répondait que le boîtier de base limite le débit à 50 Mb/s et que le matériel capable d’absorber un maximum de 400 Mb/s a malheureusement un prix exorbitant. En bref, nous sommes très prudents à la surenchère technique venu des fournisseurs outre atlantique, sans les nommer. Je dirai que la France bénéficie d’infrastructures réseaux particulières par rapport à nos voisins américains et nous faisons donc la promotion de nos solutions françaises pour y répondre. Dans les 10 dernières années, nous avons effectués, avec mes associés, plus de 5000 rendez-vous avec des directions informatiques et ce que je peux vous dire, c’est qu’ils ne sont pas dupes, ils savent poser les questions qu’il faut et ils recherchent avant tout des partenaires proches de leur quotidien ».
Le marché du SD-WAN représentera près de 6 milliards de dollars à horizon 2020 selon le Gartner. A l’image du marché MPLS il y a plus de 15 ans, le « petit frenchy » SAYSE a bien l’intention de démocratiser son mode opéré en France et en Europe.
A propos de SAYSE :
SAYSE est le 1er Opérateur SD-WAN français et propose aux entreprises, quel que soit leur taille et leur activité, de composer et faire évoluer leurs Accès à Internet et leur Réseau Privé Etendu pour les rendre disponibles 100% du temps.
SAYSE transforme tous les accès IP des entreprises en passerelles universelles, performantes et sécurisées, vers tous les « Cloud Providers » mondiaux.
En tant qu’Opérateur SD-WAN, SAYSE fournit et opère toutes les technologies de liaisons de télécommunications de tous les opérateurs télécoms, diffuse des services de Téléphonie IP au cœur des réseaux SD-WAN opérés et, par le biais de sa marque KABBLE, propose des services de réseaux locaux comme le câblage, le brassage en baie, ainsi que l’infogérance de parc informatique afin de renforcer les piliers IT de ses clients, au plus grand profit de leurs utilisateurs.
Bienvenue dans une nouvelle ère de transport de vos données.
Ygu - nouvelle photo

Yoann GUEZ- Co-Founder & VP Sales/Marketing

Vous désirez en savoir plus ? Vous avez des questions ? Vous voulez prendre contact avec un Expert du SD-WAN?  Alors laissez nous un message

Votez pour SAYSE et faites de nous votre pépite…pepite tech

VOTEZ